LES EPAVES - LAGUNE PLONGEE

LAGUNE PLONGEE
Diving Center
66750-SAINT CYPRIEN
06 13 78 86 11
               
TRADUISEZ LE SITE
DANS LA LANGUE DE VOTRE CHOIX
Aller au contenu

LES EPAVES

NOS PRESTATIONS
LES EPAVES
LES EPAVES
(nos remerciements à Hervé Levano pour son livre
"les épaves de côte vermeille")

Plonger sur les épaves, un rêve qui devient réalité !
Car elles vous réservent de belles surprises tant la faune y est riche et diversifiée: anthias, langoustes, loup, congres vous enchanterons et vous assisterez à un spectacle grandiose, de jour comme de nuit, quelque soit votre niveau



L'ALICE ROBERT DIT " LE BANANIER"

L'histoire: L’Alice Robert, aussi appelé le Bananier, épave mythique au large de Port Vendres, repose à 47 m de fond, dans la côte Vermeille.
C’est un cargo français de 83 m, réquisitionné par les Allemands en 1944 pour transporter ses troupes, et coulé par un sous-marin anglais en 1944.

En plongée, on peut y voir des grenades sous-marines, un gros canon de 107 mm, des mitrailleuses et le superbe mât qui se dresse fièrement, bravant les outrages du temps et qui pointe à 25 m de la surface.

La faune habituelle: Dans un parfait état de conservation, elle est une véritable oasis de vie pour la faune sous-marine, des nuées d’Anthias colorent les coursives, des congres se sont établis dans les puits de chaîne des deux ancres, quelques langoustes ont élu domicile dans les cales, enfin des anémones bijoux multicolores ont recouvert une grande partie de l’épave
 Cette épave, d’une incroyable richesse offre au plongeur un spectacle hallucinant

LE SAUMUR

L'histoire: Le Saumur est un cargo construit en 1920, en Ecosse.
C'était un navire charbonnier, racheté en 1929 par un armateur marseillais, qui l'affecta aux lignes coloniales.                                                    
 Son sort a été, pour lui aussi, lié à l'histoire de la seconde guerre mondiale, car l'occupation allemande bouleverse sa destinée.
 Le 8 novembre 1942, il est saisi par l'ennemi à Marseille qui l'arme de mitraillettes et de canons, le rebaptisant "Le Valentino".
 Il fut coulé par une torpille d'un sous-marin britannique en 1944.
 Il repose depuis par 46 m de fond devant  Port Vendres.

En plongée, l’épave repose droit sur sa quille. Malgré les impacts des deux torpilles à la poupe et à l’avant du château, le navire a coulé en un seul morceau. La seconde cale avant s’est écroulée, mais la première cale ainsi que le gaillard d’avant sont relativement bien conservés. Sur ce dernier subsiste l’une des deux mitrailleuses d’origine. Elle tourne encore sur sa tourelle et c’est l’emblème de cette épave. Avec l’Alice Robert et l’Astrée, le Saumur est l'une des épaves les plus plongées de la Côte Vermeille.
Le château, partie centrale du navire, est très dégradé. La cuisine avec ses fourneaux est la seule pièce encore en bon état. À côté sur tribord, la baignoire, un lavabo et un petit radiateur rappellent l’existence d’une salle de bain au carrelage à damier noir et blanc. La troisième cale est bien conservée. À son extrémité, les bases du mât et des aérateurs forment une structure en trident comparable à celle se situant entre les deux cales à l’avant. Une grosse hélice de secours est posée à côté des treuils. La poupe est vrillée sur tribord et les deux mitrailleuses qu’elle portait sont tombées.

La faune habituelle est constituée de congres logeant souvent entre les engrenages des treuils à côté de petites rascasses. Il est fréquent d’observer des nudibranches comme les flabellines mauves sur le château. À partir du printemps, il est possible de croiser un poisson lune de passage.
 
 L'ASTREE

L'histoire: Construit à  Blyth, en Angleterre, en 1921, sous le nom de Bellbro, l'Astrée appartenait à la  Halifax Shipping Corporation, et sera revendu en 1939 à la Société  Maritine  Nationale.
Il transportera  charbon, minerai, acier, vers les ports d'Afrique du  Nord.
En 1942,  l'Astrée  est  réquisitionnée par  les   Allemands, puis navigue sous pavillon italien.
En revenant  d'Egypte, le 1er Mai 1944, l'Astrée est torpillée à proximité de Port  -Vendres  par un sous-marin anglais,  l'HMS UntiringProfondeur mini : 38 m (en haut du château)

En plongée, l’épave repose droit sur sa quille. La torpille a quasiment coupé l'épave en deux, juste devant le château. Le château est encore bien conservé ; la cheminée a été arasée au niveau du pont supérieur par les chaluts, mais les coursives ou passaient les passagers et l'équipage sont un endroit magique. Elles sont encore bien visibles. L'athmosphère est unique.
Certains éléments permettent de deviner la fonction des pièces que l'on peut parcourir au niveau supérieur : fourneau, wc...
L'hélice et le safran sont encore en place

La partie avant s'est effondrée au niveau de l'impact de la torpille, juste devant le château. La proue est fortement penchée sur tribord, les ancres sont encore à poste ; là aussi, le mât de charge s'est écroulé sur tribord.
Avec l’Alice Robert et le Saumur, l'Astrée est l'une des épaves les plus plongées de la Côte Vermeille. Son château avec ses coursives est le mieux conservé de ces trois épaves.

La faune habituelle est constituée de congres, d'anthias, de sars tambours, de bars et de nudibranches, notamment des godives oranges. De belles gorgones rouges se sont développées sur le côté bâbord de la coque au niveau du château, et sur la proue côté bâbord également.

  
   LA PENICHE

L'épave de la Péniche représente le premier essai de création de récif artificiel dans le Roussillon sur la base d'un navire coulé volontairement.

Profondeur mini : 25 m (sur le pont de la poupe)
Profondeur maxi : 28 m (au pied de l'étrave)
En plongée, l’épave repose droit sur sa quille sur un fond de vase. Elle est orientée est-ouest, la proue pointant vers l'ouest.  Les lamparos ont été détruits par les chalutiers
La poupe est occupée par un château entièrement vide, accessible depuis l'arrière de la cale. Un guindeau orne le gaillard d'avant. À la poupe, le safran est encore en place, mais l'hélice a disparu.

La faune habituelle est constituée de capelans, d'anthias, de poulpes et de nudibranches, notamment des godives oranges, des flavellines mauves. des doris géant et des doris marbrés. L'extérieur de la coque est recouvert de coquilles d'huîtres, où logent de petites blennies.
La cale et le château arrière sont régulièrement visités par des congres, de petites langoustes et des homards venus de la roche voisine du Rafar. Plus rarement, les plongeurs peuvent croiser des raies torpilles, des calmars et même des syngnathes.



D'autres épaves accessibles aux N1 ou d'autres aussi profondes que le Saumur vous attendent.



Retourner au contenu